A l’occasion de son premier anniversaire et face à l’inaction de l’État, l’Affaire du Siècle lance un appel à témoignages sur les effets des changements climatiques en France 

 
Un an après le lancement de l’Affaire du Siècle, aucune réaction de l’État et aucune décision à la hauteur du défi climatique n’est constatéeEt pourtant, les rapports scientifiques rappelant l’urgence à agir n’ont pas manqué en 2019… Face à l’urgence, attendant toujours la réponse formelle de l’État au recours, nous entendons poursuivre la mobilisation pour ouvrir les yeux de l’État et le pousser à agir.
 

 

Les citoyen-nes sont appelé-es à se porter #TémoinDuClimat pour construire une cartographie des impacts des changements climatiques en France

 

Tout le monde peut témoigner ! Car nous sommes toutes et tous témoins ou victimes directs des changements climatiques… Vous pouvez vous déclarer #TémoinDuClimat sur les réseaux sociaux ou aller sur le site de l’Affaire du Siècle pour déposer votre témoignage sur la cartographie.
 
Vous aussi, partagez les changements que vous observez (hausse des températures, multiplication des événements climatiques extrêmes, érosion des côtes, plantes et animaux perturbés…) et décrivez de quelle façon vous êtes impactés. Vos témoignages constitueront une cartographie inédite de la situation climatique en France.
 
Ensemble, alertons les pouvoirs publics de la gravité de la situation afin que l’Etat réponde à notre recours juridique, et surtout qu’il agisse. Nous voulons lui montrer que des citoyens partout en France souffrent déjà de son inaction. L’union fait la force, c’est bien les 2,3 millions de signataires qui ont donné autant de puissance à l’Affaire du Siècle. Alors plus nous serons et plus notre message sera entendu ! 
 
Certains de ces témoignages pourront être intégrés au dossier juridique par les avocats de l’Affaire du Siècle (sous réserve de votre accord)

Pourquoi se tourner vers les tribunaux ? 

L’inaction de l’État est illégale ! L’Etat est tenu de respecter ses engagements nationaux, européens et internationaux, et de protéger les droits humains de ses citoyennes et citoyens.

La justice climatique est indissociable de la justice sociale ! Les français-es l’ont bien compris, à travers la crise des gilets jaunes. Les victimes du changement climatique sont aujourd’hui visibles. Maurice Feschet ou encore Jean-François Périgné subissent une perte de revenus de leur travail liée à la dégradation du climat. Magali Duranville déplore la mise en danger de la santé des français-es, de leurs vies de famille, de leurs maisons. Les citoyen-ne-s ont bien saisi l’accroissement du décalage entre les paroles et les actes, et que rien n’est véritablement entrepris aujourd’hui pour contrer la crise climatique en cours. Pourtant la France est le pays européen le plus impacté par les impacts du réchauffement climatique. Mais les coûts de la transition reposent sur les plus pauvres.

Tous les moyens d’action ont été utilisés : les gestes individuels, les marches citoyennes, les opérations de boycott ou encore la résistance non-violente. Mais rien n’y fait : ni les pollueurs, ni les Etats, n’écoutent les aspirations citoyennes et l’urgence soulignée par les scientifiques.

Aujourd’hui, la France ne tient pas ses engagements, même ceux fixés par la loi. Si les français-e-s respectent la loi, les États en ont également l’obligation ! L’Etat est responsable, il doit agir directement, et réguler l’activité des pollueurs.

Puisque ni le pouvoir législatif, ni le pouvoir exécutif n’ont, en France, tenu leurs obligations et agi pour protéger le climat, nous faisons appel au troisième pouvoir constitutionnel, le dernier qu’il nous reste : la justice.

Oui, nous pouvons remporter l’Affaire du Siècle !

A travers le monde, comme aux Pays-Bas, au Pakistan, ou en Colombie, les juges tendent la main aux citoyen-es pour les protéger et inventer un nouveau modèle climatique, social et démocratique. Nous prenons part à un véritable mouvement mondial qui renouvelle et invente de nouveaux droits en matière climatique et environnementale ! Notre objectif ? Que le juge reconnaisse la responsabilité de l’État français et enjoigne au Premier ministre et aux ministres compétents d’adopter toutes les mesures nécessaires pour mettre un terme à l’ensemble des manquements de l’État et réparer les préjudices subis.

Rejoignez-nous ! 

Nous appelons les associations de toutes sortes, de toutes tailles, les environnementalistes et les associations de la solidarité, ainsi que l’ensemble des syndicats et des corps intermédiaires, à rejoindre notre action.

Nous appelons aussi les citoyen-ne-s à nous rejoindre, en signant notre appel, et en nous accompagnant dans la procédure juridique. Parce que c’est une action efficace, et que la justice climatique est une aspiration citoyenne, c’est notre affaire à tous.

Plus nous serons nombreux-se-s, plus nous serons puissant-e-s pour réclamer de l’Etat qu’il passe à l’action. Alors, pour rejoindre les citoyen-ne-s qui nous soutiennent déjà, vous aussi soutenez l’Affaire du Siècle !


Et pour en savoir plus :