25 février 2020 – Les villes françaises face au changement climatique ?

Les villes françaises face au changement climatique ? Les impacts du dérèglement du climat sont visibles partout. Et les milieux urbains n’y échappent pas. Quelles sont les conséquences du changement climatique sur les modes de vie des citadin-es français-es ? Canicules et îlots de chaleur, pics de pollutions, surdensification, atteintes à la santé publique et aux conditions de travail, précarité énergétique… Autant de signaux révélateurs de fortes inégalités au sein des villes françaises. 

Ce 8e numéro de #IMPACTS, la revue de presse des inégalités climatiques s’inspire de l’enquête “Vivre les fournaises urbaines” sur les vécus climatiques dans 5 villes du sud de la France réalisée par Guillaume Faburel de l’Université Lyon 2, durant l’été 2019. Cette enquête montre notamment un sentiment d’injustice face aux impacts du changement climatique. A l’heure où les prévisions estiment à 70% la part de la population urbaine mondiale en 2050 et où l’Agence Européenne de l’Environnement vient de publier une série de cartographies sur les impacts auxquels devront faire face les européen-nes d’ici 2100, il est indispensable de préparer les villes à des changements d’ampleur inégalée. 

Pour combattre les inégalités, sociales et climatiquesil nous faut les connaître. C’est le sens de cette revue de presse élaborée par les bénévoles de Notre Affaire à Tous, qui revient chaque mois sur les #IMPACTS différenciés du changement climatique, sur nos vies, nos droits et ceux de la nature.

L’été 2019 en France a été le théâtre de deux fortes vagues de chaleur. Elles ont touché les milieux urbains de plein fouet. Les personnes touchées par la précarité énergétique et le mal logement étaient malheureusement aux premières loges de ces phénomènes. Selon la loi Grenelle II, un ménage est en état de précarité énergétique s’il consacre plus de 8% de ses revenus à ses dépenses d’énergie. En France, près de 7 millions de personnes souffrent de ce phénomène et les moins aisées sont les plus touchées. L’ADEME estime que 70% des personnes en situation de précarité énergétique appartiennent aux 25% de ménages les plus modestes et 65% vivent en ville. Les urbains seraient donc fortement touchés par cette précarité. Pour la Fondation Abbé Pierre, ce phénomène est une illustration des inégalités et un facteur aggravant de la pauvreté. 

La précarité énergétique est souvent associée à la difficulté de se chauffer l’hiver. L’article de Mediapart “Voyage au coeur de la précarité énergétique dans le 93” montre que dépenser “tout son argent en factures d’électricité, grelotter dans son lit, avoir des températures plus basses à l’intérieur que dehors” sont autant de problèmes auxquels font face ces “victimes invisibles” des logements inadaptés au changement climatique. 

Cependant les fortes chaleurs d’été touchent tout autant les habitant-es des “passoires thermiques”. Et dans le contexte du réchauffement climatique, les périodes des canicules sont amenées à se multiplier. Les impacts sanitaires liés au changement climatique sont notamment flagrants en milieu urbain. En effet, parmi les décès attribués à la canicule de 2003, à Paris “41% vivaient dans une pièce unique et 36% dans des chambres de bonnes”. Et, le milieu urbain engendre souvent plus d’isolement, notamment chez les retraités. Par opposition aux villages où le lien social est très marqué, les urbains habitant seuls sont plus en proie à l’isolement et risquent plus d’être oubliés en cas de problème de santé, notamment en période de canicule. 

Et le constat est encore pire pour les personnes sans domicile fixe pour qui l’accès à l’eau devient un véritable casse tête en période de chaleurs extrêmes. Des associations, comme le Samu social organisent d’ailleurs des distributions de bouteilles d’eau dans de nombreuses villes. L’été serait plus meurtrier que l’hiver pour les sans-abris, d’après France Info

Face à ces constats alarmants, l’isolation des passoires thermiques est une solution. En plus d’améliorer le bien-être et la santé des habitants, cela permettrait de faire baisser leur facture énergétique. Des bienfaits pour le portefeuille et le climat ! En effet, accélérer la rénovation des passoires énergétiques est un enjeu crucial pour le climat. Pour l’architecte Philippe Rahm “pour lutter contre le réchauffement climatique, changez vos fenêtres” : il explique que cela permettrait de réduire les émissions de CO2 de 15%. Si l’on va plus loin, isoler thermiquement les murs et le toit d’une épaisseur de laine de 25cm permettrait de diminuer les émissions de gaz à effet de serre de 32,4 %.

Les villes sont en première ligne des effets du changement climatique : elles sont les plus touchées par les fortes chaleurs, notamment liées à la pollution de l’air, à la densité de l’habitat, au manque d’espaces verts et à la minéralisation des sols, le tout dans un contexte de grignotage urbain. On parle d’îlot de chaleur urbain, parce qu’il existe de forts écarts de températures entre la ville et son environnement périphérique moins urbanisé. Pour lutter contre ce phénomène les espaces verts sont vitaux ! 

Pour une majorité d’habitant-es ayant répondu à l’enquête “Vivre les fournaises urbaines” de l’Université Lyon 2, il existe deux causes principales aux ressentis de fournaises et d’injustices : les dynamiques métropolitaines d’urbanisation, qui passent par une densification à outrance, ainsi que l’hyper concentration des bâtiments et des populations. Et ces dynamiques s’accompagnent souvent d’une disparition remarquée d’espaces de respiration et de décompression : les friches, les espaces verts, les franges non-construites des villes. Pour un étudiant habitant dans les quartiers Nord de Marseille par exemple, “une ville par définition c’est très minéral. Alors ça ne donne pas beaucoup d’espaces de repos, à part des parcs, un peu chez soi. Je pense que c’est bien pour un moment de sa vie mais on n’est pas fait pour vivre en ville entouré de béton”. La deuxième cause réside plutôt dans l’inaction des institutions et des politiques publiques sur les enjeux climatiques urbains. 

Une chronique publiée sur le site des Nations Unies fait état des bienfaits apportés par les espaces verts aux villes mais aussi des inégalités qui découlent de leur répartition. Les espaces verts sont des “îlots de fraîcheur” et des refuges en cas de forte chaleur. Ils contribuent aussi à l’amélioration de la qualité de l’air et sont donc nécessaires à la bonne santé des citadins. Cependant, les études montrent que les populations les plus défavorisées en milieu urbain vivent dans des quartiers où les espaces verts sont rares ou peu accueillants et insécurisés. Un article publié dans Sciences et Avenir fait le même constat : les personnes les plus touchées par le réchauffement climatique sont souvent des personnes âgées, habitant dans des quartiers populaires disposant de peu d’espaces verts.

Le changement climatique a déjà des impacts importants sur notre santé et en particulier dans les villes. Les deux épisodes de canicule de l’été 2019 ont fait 1435 victimes en France, touchant particulièrement les enfants de moins de 4 ans et les personnes de plus de 65 ans. Les principales causes de décès sont la déshydratation, et l’aggravation des maladies existantes. L’isolement, l’ébriété, la grossesse, le mal logement et le travail en extérieur sont des facteurs aggravants. Mais les impacts du changement climatique sur notre santé ne se limitent pas aux canicules. La multiplication des épisodes de précipitations extrêmes gagnent aussi en intensité. L’urbanisation et l’imperméabilisation des sols jouent un rôle majeur dans l’exposition aux risques d’inondations et de crues qui peuvent entraîner des montées des eaux très rapides notamment en milieu urbain. Les inondations ont fait 13 morts dans le sud-est à l’automne 2019 et ont emporté 11 personnes dans l’Aude un an plus tôt. Conséquence ? De nombreuses victimes ont développé un « stress post-traumatique ». 

L’augmentation moyenne des températures a aussi des conséquences sur les allergies. C’est le cas pour les pollens qui touchent près de deux fois plus d’adultes qu’il y a vingt ans (près de 20% des adultes sont allergiques). Cela s’explique par le fait que la saison pollinique des graminées est de plus en plus longue à cause de l’augmentation des températures (par exemple 4,5% par an à Nice depuis 1989). Les allergies aux acariens devraient elles aussi augmenter. En effet, les moisissures prolifèrent avec la chaleur. La densité des acariens est d’ailleurs plus forte en ville, là où la température moyenne est la plus élevée. La chaleur a aussi permis l’arrivée et le développement du moustique tigre, porteur du virus tropical Zika qui a su s’adapter au milieu urbain en colonisant une multitude de récipients et d’éléments d’origine anthropique retenant ou stockant l’eau (fût, bidon etc.). 

Enfin, les températures élevées favorisent la production de polluants atmosphériques tels que l’ozone. La pollution de l’air dont souffrent les habitant-es des métropoles comme Lille, Paris ou Lyon a des effets de nature respiratoire : symptômes irritatifs, asthme, mais aussi de nature cardio-vasculaire comme les infarctus. Les plus menacé-es par la pollution de l’air sont les personnes âgées, les nourrissons et les jeunes enfants.

Peut-on continuer à travailler lorsque des vagues de chaleur s’installent ? Les salarié-es du bâtiment et travaux publics sont parmi les plus menacé-es. Durant l’été 2019, dans la Drôme et l’Ardèche, les ouvriers ont dû adapter leurs journées de travail. Avec “les pieds dans le goudron et la tête au soleil” dans des températures extérieures oscillant entre 37°C et 41°C, les conditions de travail devenaient rapidement insoutenables. 

Mais que dit notre droit ? Le Code du travail prévoit que l’employeur doit “assurer la sécurité” et “protéger la santé” de ses salarié-es. L’employeur est ainsi tenu de prendre des mesures “pour tenir compte du changement des circonstances”, notamment en cas de forte chaleur. En revanche, le Code du travail ne précise pas de température au-dessus de laquelle les salarié-es peuvent cesser le travail. L’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) donne obligation à l’employeur d’adapter le travail lorsque les températures dépassent 33°C. Cette mesure se traduit souvent, pour les ouvriers du BTP, par le début des journées de travail aux heures les moins chaudes de la journée, comme le matin très tôt. De plus, l’employeur peut aussi changer la nature des activités à réaliser si celles-ci sont trop physiques. Un local de repos adapté aux fortes chaleurs doit être mis à disposition des employé-es, ainsi que 3 litres d’eau par jour. De plus, la Caisse nationale de l’assurance maladie des travailleurs salariés (CNAMTS) prévoit l’évacuation des locaux de travail lorsque la température dépasse 34°C

Pour anticiper les effets des périodes de fortes chaleur sur les conditions de travail, l’ANSES préconise notamment de sensibiliser les travailleurs aux effets du changement climatique sur la santé, mais aussi d’intégrer le changement climatique dans les démarches d’évaluation et de prévention des risques professionnels. Enfin, les élèves peuvent aussi être victimes des fortes chaleurs dans leurs écoles. L’épisode de canicule de la fin juin 2019 s’est déclaré au moment des épreuves du bac et du brevet. Le Brevet a d’ailleurs été reporté de quelques jours. Une meilleure isolation thermique des bâtiments scolaires serait une solution pour faire face aux conséquences du dérèglement climatique. 

Outre les chaleurs, certaines villes françaises sont également menacées de disparaître dans quelques décennies à cause de l’élévation du niveau de la mer. Les prévisions actuelles du GIEC montre d’ailleurs que la côte rochelaise, dont la ville de La Rochelle, est gravement menacée par ce phénomène.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *